Advertisements

La sexualité

Âgé de 51 ans, célibataire et sans enfant, j’ai connu de nombreuses partenaires dans ma vie. Certaines avaient une sexualité débridée, timide ou inexistante. Ce texte est le résultat de mes observations, de mes acquis.

sexualité 2 photo

 

Selon des croyances indiennes très anciennes, la sexualité fait partie du chakra sacré, comme le goût, placé à trois doigts du nombril. Ne serait-ce pas là un message subliminal de la part de nos guides et de nos créateurs ? Je donne ma langue au chat, mais je pense que cet acte sacré a été galvaudé, banalisé et banni par la société actuelle et les religions.

 

Présentation

1. La différence entre les hommes et les femmes

En dehors des différents attributs des deux sexes que personne n’ignore, une disparité m’est apparue il y a peu de temps, que j’ai aussi retrouvée dans mon étude sur le tantrisme. Lorsque l’homme éjacule, il perd de l’énergie. La femme, lorsqu’elle jouit, n’égare aucune force dans la bataille.

Dans beaucoup de systèmes de croyances, c’est la femme qui engendre et qui aime sa progéniture, et l’homme qui ne pense qu’à introduire vous savez quoi dans Dieu sait où. Bref, souvent décrit ainsi, notre cerveau masculin est remplacé par notre phallus.

« Le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier. » Georges Clemenceau

Cette citation démontre l’imperfection de la sexualité masculine : l’excitation. Sa mise sous contrôle est primordiale pour l’aboutissement d’un acte sexuel altruiste réussi. Seule l’expérience permettra d’acquérir le sang-froid nécessaire afin que l’homme évite d’éjaculer trop rapidement. J’espère que les rendez-vous de Monsieur Clemenceau se situaient à chaque fois au vingtième (rires). La sexualité n’est pas une masturbation, mais un échange de sensualité, de gestes réciproques où les effluves corporels des deux partenaires se confondent, fusionnent et s’assemblent. Bref, l’homme a besoin de gazouiller afin d’obtenir une confiance et une dextérité à toute épreuve. Plusieurs femmes épanouies m’ont confié n’avoir eu besoin que de 3 ou 4 amants pour ouvrir leur boîte du plaisir. Peut-être que d’autres n’ont pas besoin de plusieurs amants, mais seulement de la découverte de leur corps par la masturbation (lire ci-dessous). Mais ces oiseaux sont très rares. À 32 ans, j’ai rencontré une femme de 12 ans plus âgée que moi, qui n’avait connu que son mari et n’avait jamais eu aucun plaisir. Une seconde confirma mes théories en me confiant que pendant ses dix ans de couple, sa sexualité était vécue à reculons. Un amant plus âgé qu’elle lui ouvrit enfin la boîte de Pandore. Une troisième m’a dit qu’elle jouissait seulement, si elle était amoureuse. Bref, chaque être possède son propre fonctionnement sexuel.

 

2. La découverte de son corps

Dans un documentaire suisse (https://vimeo.com/ondemand/plaisirfeminin), une femme de 40 ans se prend en main et se dit : « Je ne veux pas être comme ma mère, je veux connaître le plaisir. » Dans un livre (dont j’ai oublié le titre), une célèbre sexologue américaine évoque une autre idée de la masturbation. Déjà, se détendre en respirant et en écoutant de la musique relaxante. En prenant de l’huile de massage, il suffit de toucher son corps en commençant par le haut, et noter quelles parties de votre corps vous procurent des sursauts. Cela peut être les oreilles, les avant-bras, les aisselles, le ventre, les fesses, les seinsEn dernier viendront les parties génitales : pénis, testicules, clitoris, vagin, en n’oubliant pas l’anus. Il est d’ailleurs dommage que certains et certaines bannissent la découverte de l’anus pour cause de religion, alors qu’ils pourraient peut-être avoir une préférence pour l’orgasme anal, en dépit des orgasmes clitoridien ou vaginal de la femme, et pénien ou prostatique de l’homme.

La masturbation est un instrument primordial de la découverte corporelle, mais utilisée trop souvent, à l’instar du sport, de l’alcool, du sucre et du sexe à plusieurs ou avec des inconnus, elle devient une compensation et une drogue.

sexualité 6 photo

3. La responsabilité de l’homme

Les testicules représentent aussi les « tripes » de l’homme. Ne dit-on pas qu’un homme sans couilles est un homme sans envergure ni profondeur, fuyant ses responsabilités ? L’état primaire de l’homme est ce perpétuel mais incommensurable besoin pour beaucoup : éjaculer, se faire plaisir… Et l’autre, dans tout cela ? La confiance en soi et l’amour sont oubliés dans notre société. Ce sont des faits avérés. Donner son attention à l’autre en lui procurant du plaisir est aussi omis depuis la nuit des temps. Le sexe à deux n’est pas un acte égoïste, mais bien altruiste. Bien réussi, il est le déstressant numéro 1, pas besoin de médicament ou autre poudre de perlimpinpin. Touchons-nous, massons-nous, caressons-nous l’un l’autre, pensons à l’autre, pour une fois… L’homme doit oublier son plaisir personnel, reprendre son caractère d’homme et ses couilles. Sa responsabilité primordiale est de donner du plaisir et d’aimer.

Quelqu‘un a dit, peut-être Diderot « 95 % des enfants naissent d’actes sexuels sans plaisir pour la femme. »

 

4. Le célibat

Notre société actuelle diabolise le célibat, et beaucoup de personnes pensent que vivre seul est néfaste. Or, c’est un passage obligatoire. Bien négocié, il restructure le chakra du plexus solaire et nous renforce contre les attaques émotives de la vie. Comment y arriver ? Méditations, prières, balades dans la nature sont des atouts majeurs. Souvent, beaucoup d’hommes et de femmes se focalisent trop sur un avenir conventionnel : être en couple, avoir des enfants. Cette pression est néfaste pour l’attraction positive. Après plusieurs années de célibat « actif », j’ai connu deux années conjugales magnifiques avec une femme russe qui est devenue une amie solide depuis. Mais ce n’était pas ma voie. À cette époque, j’ai beaucoup appris à vivre avec quelqu’un. Lorsque je suis redevenu célibataire, j’étais à la fois libéré et un peu frustré. J’ai vu des vidéos sur la sexualité, sur la méditation et la loi d’attraction. Cela me dirigeait vers une autre façon de vivre. Ce passage privilégié bien négocié permet d’ouvrir son chakra du cœur en aimant sa vie, même si elle n’est pas parfaite. Mentionné par beaucoup de thérapeutes comme Jean-Michel Homo et Julie Morin : « Si nous n’aimons pas vivre seuls, nous ne pouvons pas aimer vivre avec quelqu’un. » Souvent, notre partenaire est notre miroir. Ainsi, pour beaucoup, il n’est présent que pour combler notre vide. Par contre, si vous fondez des bases émotionnelles solides en renforçant vos chakras du cœur et du plexus solaire, vous attirerez une personne très ancrée qui ne voudra qu’une seule chose : vous aimer.

5. Dating

Sur le plan sexuel, la solitude peut être mal vécue par certains. La frustration peut souvent animer votre esprit. Cela fait trois ans que ma vie sexuelle rime avec le néant. Au début, ce fut un peu difficile. Comme tout le monde, je me suis inscrit sur un site de rencontres sexuelles. J’ai vite déchanté. J’ai essayé une semaine, je me suis aperçu qu’il y avait beaucoup de modèles. J’ai donc décidé d’arrêter, pour 10 euros, ce n’est pas la mer à boire. Mais cette société a automatiquement prélevé 3 mois plus 3 mois. En effet, il y avait une toute petite clause écrite qui informait que pour tout désabonnement, il fallait leur envoyer un formulaire, sinon le paiement serait effectué. Bref, c’est de la vente forcée, et impossible de récupérer la somme de 200 euros. En France, les sites libertins sont plus sérieux, mais les hommes sont plus nombreux que les femmes. Ensuite, être dragué dans un bar par une femme saoule qui ne se souvient pas de vous le lendemain, non merci…

 

Les clubs libertins

Je suis allé trois fois dans un club libertin rue du Cherche-Midi à Paris. Cela m’a appris à prendre confiance en moi en regardant les autres et à me dire que je n’étais pas si nul que cela. Dans un club sérieux, les femmes sont privilégiées et protégées. Si un partenaire les importune, elles peuvent informer la direction, qui prendra ses responsabilités en expulsant la personne du club. Nous pouvons être curieux sans consommer pour autant.

 

Conclusion

Le massage tantrique m’aide beaucoup à moins me masturber, plutôt à moins éjaculer pendant la masturbation, tout en connaissant un plaisir satisfaisant.

En résumé, le célibat non voulu peut être très mal vécu, c’est la raison pour laquelle un travail sur soi est obligatoire. Cela passe, comme je l’ai dit auparavant, par la méditation et l’acceptation de la situation.

 

L’image contient peut-être : nourriture
Nous les hommes, le pénis est à la place du cerveau

Les vidéos à regarder :

Le massage tantrique :

La masturbation :

Le point G :

Le célibat :

La taille du sexe

 

C’est la grande question des hommes : j’ai moi aussi eu des doutes. La taille moyenne en action, chez les hommes de type européen, est de 13,5 cm.

Ce n’est pas la longueur qui compte, mais plutôt la largeur en relation avec le vagin rencontré. En effet, nous faisons tous la même erreur d’élaborer un va-et-vient en longueur. Or, c’est un mouvement circulaire dans le sens contraire des aiguilles d’une montre qui fait jubiler la femme. Ensuite, généralement, le vagin s’adapte et prend forme autour du pénis.

Il se peut qu’il existe des cas particuliers. Le vagin, suite à un accouchement ou à des rapports fréquents, peut s’agrandir, ou peut être naturellement très étroit ou très large en fonction du bassin de la femme. Il y a quelques années, j’ai flirté avec une femme qui avait un bassin très large, et par conséquent, un vagin incommensurable. Mes 13,5 cm étaient complètement perdus dans cette immensité. La sodomie se révéla une meilleure solution tout d’abord. S’adapter en écoutant le corps de l’autre est une chose essentielle. L’issue de cette épreuve fut un fisting qui emmena ma partenaire à l’extase. Elle me dit : « Tu sais y faire, surtout écouter les autres. » Sur le moment, je n’ai pas eu conscience de l’importance de cette réflexion, mais j’en suis fier.

 

Si vous avez un micropénis, sachez qu’il y a aussi des vagins très serrés. Dans ma vie, j’ai rencontré deux femmes très étroites que je n’ai pas pu pénétrer. Si vous êtes dans ce genre de cas, messieurs, pensez au massage et au tantrisme… Sachez aussi, mesdames, que rien n’est perdu, que vous pouvez vous élargir petit à petit en jouant avec des sex toys de petite taille au début, puis de plus en plus gros. À l’opposé, donnez du repos à un vagin trop élargi, ainsi que des exercices du périnée, à faire seule ou avec un kinésithérapeute. L’œuf de jade, grâce au kung-fu sexuel, peut être utile aussi . Ensuite, plusieurs de mes maîtresses et amies m’ont avoué que la taille du sexe n’était pas importante, mais bien le bon usage. En effet, une grosse queue, ou trop longue, peut être très douloureuse. À méditer : une non-complémentarité dans la pénétration laisse présager une incohérence dans la relation.

 

L’homosexualité

 

Ce n’est pas une maladie. Elle fait partie de la vie. Dans la vie animale, beaucoup ont une pratique homosexuelle :

Julie Morin prétend que cela est karmique (ancré dans nos gènes) et lié à notre enfance.

« Les êtres qui sont hétérosexuels, bisexuels ou homosexuels ont tous droit à l’Amour, au respect, à la vie dans un contexte paisible, et ils sont tous égaux dans leur valeur fondamentale, leur essence de lumière. » Julie Morin

Dans mon cas, j’ai essayé, mais je n’aime vraiment pas les hommes. Comme tout un chacun, nous nous posons des questions à l’adolescence, le plus souvent sur notre identité à la fois sexuelle et personnelle. La confiance en soi à cette période n’est pas consolidée, et parfois, une expérience homosexuelle se présente. Surtout, si cela vous arrive, à vous ou à vos enfants, il n’y a pas de honte à avoir, c’est une expérience comme une autre. Dans la Grèce antique, les adolescents de 15 ans se faisaient dépuceler devant leur père. Il faut dire aussi que la femme n’était prise que pour la procréation. En Norvège, à notre époque, je vois souvent des femmes de 20 ans s’embrasser dans les fins de soirée. J’ai interrogé une amie qui m’a répondu : « C’est simplement de l’amusement. » Je ressens aussi beaucoup de jeunes femmes déçues des hommes et qui prennent le grand virage de devenir lesbiennes par peur de vivre seules. Il est enfin reconnu que les lesbiennes savent faire jouir (lu dans un journal français).

Un ami homosexuel en couple m’affirma qui il était « bi », car c’était plus facile de faire des rencontres avec d’autres hommes. Jean Marais, célèbre acteur et amour de Jean Cocteau, dans une interview de 1981, affirmait qu’il avait huit partenaires masculins par jour. Bref, là, c’est une question d’envie. Dans notre monde, aimer une personne du même sexe est un droit, une liberté, et ne devrait pas être tabou. Lorsque je faisais du commerce de vin, un très bon client qualifia les homosexuels de malades, il ne m’a jamais revu, je suis pour le respect et la tolérance. L’homophobie ne doit pas exister. La conséquence de ce rejet, de cette peur, c’est l’hétérophobie. Dans mon cas personnel, j’ai été appelé avec des amis hétérosexuels à travailler pour une réception dans une mairie dont le maire était gay, et 80 % de mes confrères travaillant régulièrement pour ce lieu l’étaient aussi. Notre petite équipe n’a jamais été recontactée après la mission. Je suis certain que ce n’était pas à cause de notre travail. Selon mes sources, cela se passe aussi dans le spectacle. Et c’est bien dommage.

 

sexualité 3 photo

 

Une autre vision du sexe

1. L’énergie

L’homme peut éjaculer sans orgasme, et peut avoir un orgasme fort sans éjaculer. Ma théorie est confirmée dans le livre d’Ovidie, La sexualité féminine de A à Z.

Jean-Michel Homo m’a conseillé de me masturber sans éjaculer, en effet, les guérisseurs sont très demandeurs sexuellement.

Or, depuis 2003, je n’éjacule plus avec une femme. La peur d’avoir un enfant, d’être amoureux ou tout simplement d’être conscient que je perds de l’énergie. Je ne sais pas, mais j’ai remarqué que je me régénérais le lendemain. J’étais vigoureux à tous points de vue.

« La sexualité conventionnelle par la masturbation ou l’union sexuelle complète dévitalise le corps à petit feu et nous rend de plus en plus obsédés par la sexualité. » Julie Morin

Julie Morin est psychologue multidimensionnelle au Québec. Je recommande son ebook gratuit sur la sexualité tantrique : http://www.psycho-ressources.com/julie-morin.html.

Ses vidéos vous donnent une autre vision de la vie. Je suis d’accord avec elle sur sa vision de la sexualité conventionnelle. Nous devons être plus axés sur la tendresse, les caresses, les massages, une pénétration plus soft – qui ne pratique pas un va-et-vient, mais des cercles dans le sens contraire des aiguilles d’une montre – afin d’atteindre en harmonie plusieurs paliers du plaisir. Notre divergence se fait sur la perte d’énergie sur l’orgasme des femmes. Je pense qu’il n’y a perte d’énergie que lors de l’éjaculation masculine. Les femmes en phase avec leur beauté, leur vie, ont toujours un amour, masculin ou féminin, qui leur procure à la fois un équilibre de vie, mais aussi un plaisir intense.

Comme le disait Victoria Abril en 1998 sur le plateau de Canal + : « Toutes les femmes amoureuses sont nymphomanes. » J’ai connu des femmes boulimiques de sexe, mais elles sont rares, ayant connu de nombreux amants d’un soir. Je ne pense pas que l’orgasme était au rendez-vous, elles recherchaient un ego ou une identité qui se transformait en drogue.

Les femmes peuvent être en manque, mais elles sont moins dépendantes au sexe que nous, les hommes.

 

2. Le massage

En couple, le massage procure une connaissance de l’autre, mais a aussi un effet bienfaisant contre le stress. Il dénoue les tensions dorsales. Le massage tantrique (voir plus loin) peut se pratiquer seul ou en couple. Il libère les énergies. Vous pouvez ressentir de la chaleur dans les pieds ou dans certains de vos chakras. C’est la preuve que vos énergies s’activent. Je vous recommande cette vidéo de Julie Morin sur le massage tantrique :

 

3. La prostate : le clitoris de l’homme

Sujet complètement tabou, il nous donne un orgasme différent et très fort, avec ou sans éjaculation. L’anus peut être simplement léché, touché, pénétré ou non. Un homme qui se fait pénétrer par sa partenaire, ce n’est pas un acte homosexuel.

 

4. Respiration et contrôle du vagin

La respiration et le contrôle de soi sont primordiaux dans la sexualité. Rencontrée il y a quelques années, une de mes maîtresses animait son vagin en respirant comme un aspirateur ou un aimant. Une sensation juste extraordinaire pour mon pénis.

Vu sur la Télé de Lilou, un ancien acteur de films X explique que la femme peut muscler son vagin à l’aide d’un œuf de jade. La femme peut éjaculer, il faut que le partenaire recherche avec son doigt une grosseur dans le vagin.

sexualité 4 photo

5. À ne plus faire….

La position « étoile de mer » est la position de la femme qui écarte ses cuisses et ses bras sans rien faire, sans bouger, sans toucher pendant l’acte sexuel. Cette position est un « tue-l’orgasme » et un « tue-l’amour ». Elle doit être bannie d’un couple qui veut améliorer son entente sexuelle. La communication dans un couple est primordiale. Savoir ce qu’aime ou n’aime pas le partenaire renforcera une entente cordiale solide. J’ai parlé plus haut de la responsabilité de l’homme, mais la femme ne doit pas omettre non plus ses obligations. Bouger son bassin, être tactile, sensuelle, montrer que l’on prend plaisir, changer de position donnera du piment durant l’acte. Lorsqu’une femme est assise sur moi, c’est l’une de mes positions préférées. Les sensations sont multiples et nous pouvons nous retenir plus longtemps.

Afin de contrôler son excitation, l’homme doit respirer avant l’acte. Mais sa partenaire peut aussi dialoguer sur cela, en entamant un massage classique ou tantrique.

 

6. Tantrisme

« Le tantra est une connexion énergétique avec l’autre, il y en a 113 différents dont 3 sexuels. » Diane Bellego, entretien pour la Télé de Lilou.

« À l’inverse de la sexualité conventionnelle, la sexualité tantrique blanche nous recharge constamment, nous donne une sensation intérieure de plein ou de plénitude, et fait en sorte que nous pouvons nous concentrer sur plein d’autres activités que la sexualité dans notre (ou nos) journée(s) sans sentir de manque.

De plus, comme le but est de nous entraider à augmenter notre taux vibratoire et à créer nos corps solaires, car la sexualité tantrique canalise graduellement l’énergie dans tous nos corps subtils et les solarise, leur donne de plus en plus de lumière et d’énergie… les partenaires sont habituellement d’accord pour avoir des moments de sexualité tantrique ensemble fréquemment. Il est donc courant dans un couple tantrique de prendre un moment de tendresse, en massage ou en union, presque tous les jours, ce peut être uniquement 15 minutes ou 30 ou une heure, mais ce temps sera très précieux pour les deux partenaires de vie et très élevant et énergisant pour les deux.

Et si vous rencontrez des enseignant(e)s, des gourous, des guides qui disent qu’ils initient dans la pratique complète leurs étudiants (autrement dit qu’ils leur proposent de faire l’amour tantriquement avec eux, donc avec plusieurs partenaires), il est 100 % certain que ces êtres ne sont pas de véritables maîtres dans ce domaine et veulent simplement nourrir leur ego de luxure avec vous ! » (tiré de l’ebook sur le tantrisme de Julie Morin)

Comme je l’ai précisé plus haut, je me masturbe moins depuis que je pratique le massage tantrique, je me sens plus équilibré, car mon côté vibratoire est amplifié. Cela commence souvent par les pieds, mais les énergies sont décuplées, et il me suffit parfois d’élaborer seulement le geste au-dessus de moi afin d’activer mes énergies. Mon projet est d’approfondir ce sujet en apprenant avec un professeur.

Je vous recommande cette vidéo, dans laquelle vous pouvez apercevoir les différentes postures du tantra (vers le milieu de la vidéo) :

 

Conclusion

L’expérience est l’une des clefs de notre vie. Cette dernière contient des étapes :

–      celle de l’ignorance lorsque nous naissons ou commençons une nouvelle activité ;

–      celle de l’apprentissage lorsque nous apprenons ;

–      celle de la connaissance lorsque nous avons appris ;

–      celle de la maîtrise qui élève notre corps et notre âme. À ce stade, l’humilité se révèle importante pour chaque personne. L’oublier nous fait revenir à l’état d’ignorance, et engendre souvent l’incompétence.

La sexualité n’échappe pas à cette règle. Je me rappelle d’une histoire racontée par une magnifique collègue. Elle avait 25 ans et était juste sublime. Elle se plaignait de son homme. En effet, il préférait passer son temps avec les jeux vidéos et oubliait sexuellement sa Dulcinée. Six mois plus tard, je fus chargé d’une mission dans un autre restaurant où je rencontrai son amoureux. Il me confia, avec son air macho, qu’il la faisait beaucoup jouir. J’ai beaucoup ri intérieurement, encore un homme qui croit tout savoir sur le sexe, et un couple qui ne communique pas et qui préfère se taire au lieu de parler, par peur de blesser l’autre. Le jeu vidéo est une nouvelle drogue de la société. Je pense que cet homme n’est pas le seul à délaisser sa concubine. En effet, John B. Root, dans les années 2000, a réalisé un film pornographique humoristique, XYZ, en exploitant légèrement ce thème : .

Pour ma part, deux événements m’ont marqué dans ma vie. Le premier : après une soirée très arrosée, j’éjaculais trop vite, bref, ma jeune amante me le dit, et nous ne nous sommes jamais revus. Elle fut très déçue de cette calamiteuse mascarade. J’ai décidé que cette situation serait la seule de ma vie. Ce fut le cas. Le deuxième : à l’âge de 25 ans, je rencontrais la première vraie femme de ma vie. S….. était ma senior de 6 ans, mère d’un enfant de 8 ans, ressemblant à une gitane, elle croquait sa vie à pleines dents, avec de nombreux amants. Notre première nuit déborda jusqu’à midi. « Toujours debout et toujours prêt » peut être le titre de cette folle rencontre où se mélangeaient jeux érotiques et diverses positions insolites. En effet, son lavabo rendit l’âme. Notre rencontre électrique donna un sens à ma vie et contribua définitivement à mon identité hétérosexuelle. Rencontrer une maîtresse comme S…… cimente une vie. Vingt-cinq ans plus tard, la magie de Facebook nous invite à nous recontacter. Ses éloges sur mon toucher, ma sensualité et bien d’autres choses, comme mon humour, éclaboussèrent notre discussion. Bref, j’ai été aussi important pour elle qu’elle l’a été pour moi.

 

Les règles dans la sexualité :

Quand l’autre ne veut pas, on l’écoute.

Amour d’un soir, préservatif !

L’acte doit être conscient, donc sans excès d’alcool. Les femmes bourrées, non merci.

La communication dans le sexe et dans la vie en général est primordiale. Vous avez le droit d’avoir un amour d’un soir, mais dites-lui que ce n’est que pour une soirée.

La sexualité à 15 ans n’a pas lieu d’être. Dites à vos enfants qu’ils ont le temps, être vierge entre 15 ans et 18 ans n’est pas honteux.

 

J’ai également découvert une dimension spirituelle. Le chakra de la sexualité est aussi le chakra du goût. C’est pourquoi je ne voudrais pas connaître la sexualité d’un couple qui mange souvent chez McDonald’s en s’abreuvant de Coca-Cola. Lorsque je médite, ou que j’obtiens un orgasme grâce à un acte sexuel, les mêmes sensations arrivent : des fourmis ou de la chaleur dans les pieds. Serait-ce la kundalini (énergie cosmique et divine) qui est le long de la colonne vertébrale normalement ?

Faire l’amour comme des animaux, dans un lit, dans des toilettes ou dans une voiture n’est pas la finalité. C’est simplement une étape. Notre société actuelle a banni le côté sacré et spirituel de la sexualité en nous abreuvant de pornographie. Cette banalisation de la vulgarité et de la reproduction est devenue terne et insipide. Nous oublions l’essentiel : l’altruisme, le toucher, l’écoute, et surtout, l’autre. Une sexualité aboutie est un antidépresseur puissant et un poids indispensable dans l’équilibre de la vie. Je pense qu’une nouvelle voie sexuelle plus spirituelle existe. Se remettre en question se révèle être le b.a.-ba de notre existence. C’est l’étape la plus difficile de notre vie.

Dernière note de l’auteur :

Depuis que je suis en Norvège, je n’ai jamais eu une rélation sexuelle avec une femme norvègienne. Je me suis fait toujours draguer ou allumer par des femmes excitées grâce à une dose élevée d’ alcool . Or, avoir un acte sexuel avec cet état  n’est pas conseillé. D’abord, l’alcool dans le sang enlève l’énergie des hommes, mais par contre pour nos âmes soeurs, l’alcool les excite (confirmer dans le livre d’Ovidie, La sexualité féminine de A à Z). . Je prèfère laisser mon numéro de portable ou mon facebook et se rencontrer à un autre moment. J’ai toujours réussi à obtenir des numéros de téléphones, mais le lendemain, c’est le coup d’épée dans l’eau. Aucune réponse, aucun autre rendez-vous. Tant pis….Mais j’ai réfusé deux fois d’avoir des rapports sexuels : la première je n’étais libre. Pour la seconde, elle n’était pas guérrie de son ancienne rupture. J’ai lu un article intéressant de Lorelou Desjardins “ Why are there so many male teases in Norway?”. Elle explique comme dans tous les pays, des allumeuses existent .Mais l’originalité de la Norvège est que certains hommes pratiquent cette méthode . Je pense que c’est une expérience véçue. En effet, selon Lorelou Desjardins, ils flirtent mais ne vont pas jusqu’au bout. Ils le font afin de savoir si ils ont toujours du sexe à pile…Franchement, je tombe des nus..Dans ce monde irresponsable , la sexualité se déhumanise et offre des plaisirs égocentriques. Mais en plus, une fuite en avant est constante, nous omettons nos responsabilités, nos engagements, nos paroles. Où va ce monde avec des hommes qui pour la plupart, sont sans couilles et se déresponsabilisent…. qui vivra verra. Pour moi, elles seront toujours présentes dans mon corps et dans ma verve.

Le lien de l’article de Madame Desjardins.
Advertisements
%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close